Mash Dirt 650, la relève du succès des gros monos

Le stand de la SIMA était plein comme un oeuf de toutes les déclinaisons possibles et imaginables des Mash 400 : Cafe Racer, Scrambler, Sidecar, Tracker, etc. il y en avait pour tout le monde et puis cette nouveauté, le gros mono de la Dirt 650 !
Par Jean-Michel Lainé le .

Le seul, l'unique gros mono qui trônait au milieu du stand était un tracker avec un très prometteur Dirt 650. Imaginez un peu la nostalgie de ceux qui ne vibraient qu'au coup de piston de ces gros monos. La petite larme venait presque. On les démarrait au kick en priant pour épargner son tibia voire même sa rotule. Il fallait le jarret solide. Eh bien en voilà un tout neuf et mécaniquement tout simple, du vintage plus vrai que nature.

mash dirt 650 sur le stand de la sima a paris
Mash Dirt 650 sur le stand de la SIMA à Paris

Mash cultive la nostalgie en plus gros

Le succès du 400 réside dans une équation simple qui vise à mettre au coeur du produit le plaisir... simple. Un peu comme les saucisses au feu de bois au bord de la rivière avec ce fameux gout des bonnes choses, sauf que là, on s'adresse aux motards plutôt qu'aux campeurs même si ces 2 activités ne sont pas incompatibles du tout, loin de là.
163 kg à sec, 12 litres de carburant et 40 chevaux pour ce mono de 650 refroidi par air/huile, on est à des années lumières de ce qu'on voit apparaitre sur les stands des autres marques avec des performances souvent incroyables. Mash nous fait des motos neuves d'il y a 30 ans ou pas loin, pour le plaisir de rouler avec des images plein les mirettes. On est dans une carte postale.

la ligne haute de cette mash est joliement dessinee
La ligne haute de cette Mash est joliment dessinée

Zoom sur les caractéristiques techniques de cette Mash Dirt 650

Mash ne fait pas la course à l'armement, son crédo c'est la simplicité et le bonheur au guidon. C'était le cas avec la 400 et ce sera la cas avec le Dirt 650. C'est un monocylindre à carter sec, simple arbre à cames en tête, 4 soupapes, de 643.7 cm3 refroidi par air / huile. La seule concession à la modernité est l'injection électronique pour pouvoir passer les normes Euro4. Avec 40 chevaux à 6000 tr/min et un couple de 4.6 mkg 1500 tr/min plus bas, on est en présence de performances suffisantes pour se faire plaisir sur le réseau secondaire.

au coeur de cette mash dirt un gros mono comme on en trouve plus de 650 cm3
Au coeur de cette Mash Dirt, un gros mono comme on en trouve plus de 650 cm3

On notera que pour se faire plaisir de bonnes glisses au guidon de ce tracker, l'ABS obligatoire pour la norme Euro4 est déconnectable. Il n'y a pas un mode de conduite tout-terrain ou enduro sur cette machine, juste la possibilité de tout débrancher. Du bonheur. En plus la selle qui n'est qu'à 783 mm devrait rendre ce Dirt 650 accessible au plus grand nombre. Rassurez vous, le démarrage en se fait pas au kick, le démarreur est électrique pour garantir une certaine facilité d'utilisation. Pour la chevaucher, il va falloir patienter jusqu'au printemps 2019 et il sera accessible aux A2.

la plaque donne un vrai air de flat track mais bon les avis sont partages
La plaque donne un vrai air de Flat Track mais bon les avis sont partages
la coque arriere n est pas droite et horizontale comme on pourrait s y attendre sur ce gende de tracker
La coque arrière n'est pas droite et horizontale comme on pourrait s'y attendre sur ce genre de Tracker
double amortisseur silencieux a contre co ne tout y est
Double amortisseur, silencieux à contre cône, tout y est

Dans le dossier Mondial de la Moto 2018

Cet article fait partie des 14 articles du dossier Mondial de la Moto 2018.

Commenter « Mash Dirt 650, la relève du succès des gros monos »

rester connecté

m'inscrire perdu ?