Rencontre chez Indian 91 avec Valérie et Didier

Valérie et Didier roulent à deux chacun sur leur moto, une Scout Fifty pour elle et une Chieftain pour lui. Ce sont leurs premières Indian, la découverte d'une marques, des ses motos et de l'univers des motos américaines pour des balades et des roadtrips
Par Jean-Michel Lainé le .
valerie sur son indian scout fifty sur le slalom concocte par christian lacoste pour le imrg
Valérie sur son Indian Scout Fifty sur le slalom concocté par Christian Lacoste pour le IMRG

Valérie est passée à la Scout Fifty après les japonaises

Valérie : Je vais tout te dire, je vais rentrer dans les confidentialités (rires), Indian c'est mon mari qui était chez Indian, qui m'a offert la Scout Sixty Indian pour mes 50 ans. Donc je suis toute nouvelle chez Indian, avant j'étais chez un autre concessionnaire. Indian j'aime beaucoup, c'est vrai que ça n'a rien à voir avec ce que j'ai connu auparavant, niveau conduite c'est très agréable, au niveau tenue de route top, enfin pour faire de la route je crois qu'on est bien équipé, on va pouvoir faire des longs trajets, en couple avec chacun sa moto. On envisage déjà d'aller en Touraine puisque je suis issue de la région pour aller voir la famille, et puis on envisage de faire un roadtrip pour aller voir les différentes personnes qu'on connait à travers la France, donc on va se faire des petits points de chutes et se faire accueillir chez les uns et les autres et profiter de faire un peu de moto à ce moment là. J'ai mis un pot, c'est vrai qu'apparemment il est bien aussi que ça fasse un petit peu de bruit, le mien semblait pas en faire assez (rires). Je me rendais pas trop compte forcément mais c'est vrai que quand il y a eu le changement du pot c'était quand même plus sympa, sans tomber dans l'excès, et puis la bulle.

Didier voyage avec sa belle Chieftain de 2016

Didier : Oui on a acheté une bulle aussi (ndlr : Didier poursuit ma discussion avec Valérie) parce que c'est vrai que pour faire de la route, quand c'est du quotidien sans bulle ça va ça passe mais quand tu fais de la route à une certaine vitesse le vent devient assez fatiguant. Moi ça m'est égal parce que j'ai une Chieftain donc niveau protection ça va, mais j'ai aussi envie de protéger ma femme (rires) qu'elle arrive aussi à peu près en bon état qu'elle puisse décharger les valises tout ces trucs là sans être trop fatiguée (rires). Mais c'est vrai que c'est des motos qu'on personnalise petit à petit parce qu'il y a tellement de possibilités. J'ai changé le filtre à air, j'ai fait stage 1, j'ai mis le sélecteur arrière aussi, j'ai changé les repose-pieds à l'arrière, dépastillage des pots ... je pense que ça s'arrête pas parce que j'ai encore quelques petits projets en tête (rires).

didier avec sa superbe chieftain de 2016
Didier avec sa superbe Chieftain de 2016

Ca va faire 2 ans au mois de juin que je l'ai, quand on rentre c'est tout de suite un petit coup de chiffon (ndlr : sa moto est comme neuve), des motos comme ça c'est un peu dommage même si chacun conçoit un petit peu ... a sa conception de la moto, mais voilà j'aime bien qu'elle soit clean mais bon malgré les apparences c'est quand même relativement simple niveau entretien, pas besoin de lustrer quoi que ce soit, un coup de jet d'eau, un petit coup d'éponge savonneuse, on sèche avec un petit chiffon doux et puis roule. C'est ma première Indian, c'est des cadeaux qu'on se fait à un certain âge parce que malgré tout c'est un certain budget et puis à un moment tu te dis bon j'aimerais avoir une moto confortable. Avant on avait une moto, tous les deux une japonaise, Valérie quand elle a passé le permis on a eu une japonaise et puis on s'est dit qu'on aimerait bien passer un petit peu chez les américaines.

J'optais pour Harley parce qu'en fait Indian je ne connaissais pas et puis quand j'ai découvert la marque je me suis dit ça change de look, ça sortait de l'ordinaire, y'en a moins, du coup j'ai passé le cap. Avec ça on fait des kilomètre en tout confort, moi c'est le modèle 2016 alors j'ai pas le GPS, je l'ai acheté en 2017 mais je leurs avais demandé s'il restait des modèles 2016 parce que le GPS incorporé je trouve qu'au niveau de la planche de bord ça me séduisait moins, je trouvais que ça faisait un petit peu mastoc du coup j'ai mis le support GPS c'est pas très très joli non plus mais je préférais ce modèle là. En plus l'avantage sur les modèles 2016 c'est que suite à ça les pots il n'y avait plus la possibilité de les dépastiller sur les modèles 2017 donc plus de possibilité de les adapter en stage 1, donc ça s'est joué finement par rapport à ça. C'est un petit peu lourd au départ quand t'as jamais conduit de machine comme ça, mais tu te rends compte que tu t'y fais vite, plus tu roules plus tu veux rouler (rires), c'est chouette.

Dans le dossier Indian 91 à Linas Montlhéry

Cet article fait partie des 10 articles du dossier Indian 91 à Linas Montlhéry.

Commenter « Rencontre chez Indian 91 avec Valérie et Didier »

rester connecté

m'inscrire perdu ?