thomas castany le boss de indian metz et une ftr s replica

Rencontre avec Thomas Castany, boss de Indian Metz

Par Jean-Michel Lainé le .
Thomas est tombé dans la moto tout petit puis dans la culture des préparations et des Etats-Unis au fil des rencontres. Il s'occupe depuis 3 ans de la partie Indian de Motomax à Metz, propose des prépas Indian et de la passion, il nous raconte tout ça.

Thomas Castany : Depuis que je suis gamin je voulais être motard en Gendarmerie, j'ai toujours trainé avec des jeunes qui faisaient de la réparation de mobylettes, de scooters, dont DUB Performance avec Frédéric Duban qui pas loin d'ici faisait de la prépa, ça m'a un petit peu mis le pied à l'étrier, plus dans les bouquins de moto que dans les bouquins de cours en fait. Je suis parti à l'armée à 18 ans pour devenir motard en Gendarmerie, j'ai pas réussi le test final donc j'ai arrêté et me suis retrouvé dans l'automobile. Chez Mercedes pendant presque 3 ans en Alsace et je suis revenu dans la région pour des raisons personnelles, j'ai envoyé un CV ici et je me suis retrouvé à travailler chez Motomax il y a 10 ans. En tant que accessoiriste, après je suis passé responsable du Maxxess, et il y a 3 ans on est venu à prendre la marque Indian avec Max et ça fait 3 ans qu'on s'éclate.

Une grosse motivation, l'histoire est en train de s'écrire

Thomas Castany : La motivation c'est déjà le nom représenter une marque qui est vieille de 1901, on veut être acteur de la marque, faire tout pour la montrer, faire des motos des prépas (ndlr : voir la Scout Sixty Hot Wheels, Chieftain Green Simon's et Scout Gold Strike) et faire du chiffre parce qu'on est aussi un commerce, on est là aussi pour avoir de la rentabilité, et puis le côté challenger parce qu'on arrive avec une ancien nom mais une nouvelle marque. Tout est à faire contrairement à des autres marques qui sont implantées comme Harley, BM ou Triumph, là on a une page blanche et on essaie d'écrire l'histoire chaque jour avec des nouveautés sur la communication, la vente, trouver des choses qui vont faire que la marque va intéresser nos futurs clients. Avec les Touring on est sur du premium, Scout et Bobber on va donner un côté un petit peu fun, dans l'esprit  the wind and surf  j'appelle ça, le monde de la glisse, du skate, de la vitesse, du départ arrêter, toute cette ambiance hot rod, pour qu'un jeune se retrouve dans cette marque  parce qu'ils sont fun en fait .

Indian à Metz, qu'est ce que c'est ?

concession indian metz a woippy
Concession Indian Metz à Woippy

Thomas Castany : A Metz, c'est 80% de Scout et Bobber, et 20% de Touring avec Chieftain, Roadmaster, Springfield et Dark Horse. La FTR va apporter une nouvelle clientèle qui est utilisateur de Ducati, KTM, toutes ces marques qui attirent la jeunesse ou la performance, on arrive avec une identité puisque Indian est précurseur dans le monde du Flat Track. On arrive non pas avec un roadster mais un Flat Track qui a été tiré du monde de la compétition pour être mis sur la route, avec un look qui s'est jamais vu au jour d'aujourd'hui, qui n'est pas du tout un scrambler, qui est vraiment un flat track avec des performances tout-à-fait exceptionnelles. Au mois de septembre on sera à l'élection de Miss Loraine, normalement il y a un autre show qui s'appelle le End Of Summer à Amnéville on est en train de voir, et il y a aussi un salon de la moto au Luxembourg au mois de novembre, et un autre événement qui est le SX d'Amnéville, c'est Thierry Foucher qui organise ça, c'est celui qui organise les IMRG en France, on a de très bon contacts pour aller présenter la FTR là-bas. L'année dernière on y est allé avec la Hot Wheels, elle a fait un carton, les gens s'attendent pas à voir une Indian dans le monde du SX, cette année on y va avec une FTR préparée. On a un pilote qu'on habille en Indian et il fait défiler les motos, faudrait qu'il passe un backflip ce serait fun (rires).

Le petit mot de la fin

Thomas Castany : On n'est pas là pour vendre un moteur, un guidon et deux-roues, on vend la marque et tout ce qui va avec, toute notre passion, tout le travail qu'on fait avec coeur, Indian c'est une marque de liberté, vous voulez une moto préparée une Roadmaster de stock, vous allez repartir avec une moto qui va vraiment vous donner une sensation de liberté. C'est le côté passion qu'on essaie de dégager de tout ça. L'IMRG a été mis en place il y a 2 ans avec Indian Metz et Eric, aujourd'hui il y a 52 motos, Eric organise des sorties, c'est lui qui gère les nouveaux arrivants, qui prend contact avec eux pour leurs souhaiter la bienvenue, ensuite les gens adhèrent au groupe ou pas, mais Eric organise les sorties avec le petit mail qui va bien quelques jours avant pour prévenir de la sortie avec un rassemblement ici ou dans un lieu plus approprié par rapport à l'événement. Il me file un coup de main aussi les samedis quand il y a plein de monde dans le magasin.

Reportage Indian Metz

Cet article fait partie des 10 articles du reportage Indian Metz.

Commenter « Rencontre avec Thomas Castany, boss de Indian Metz »

rester connecté

m'inscrire perdu ?