isabelle au guidon de son indian chief vintage

Rencontre Indian avec Isabelle et sa Chief Vintage

Par Jean-Michel Lainé le , mis à jour le .
C'est sur les bords du lac Chambon lors de la concentration Indian à Riom que j'ai rencontré Isabelle au guidon de son Indian Chief Vintage. Une moto qu'elle a depuis quelques mois et qui roule déjà beaucoup. Elle nous raconte sa rencontre avec Indian.

Isabelle : J'ai une Chief Vintage, mon mari a une Chieftain Limited, je l'ai depuis le mois de novembre donc ça fait 7 8 mois, là je suis à 5500 kilomètres. Ce sont des motos qui donnent envie de rouler, plus on est dessus, plus on roule et plus on a envie de rouler. C'est ma deuxième Indian. La première c'était une Scout Sixty que j'ai gardée 8 mois, j'ai fait 10000 kilomètres avec, je me suis bien amusé mais il manquait quelque chose et puis pour faire de longs trajets il fallait que je prenne quelque chose de plus confortable. On est descendu à Dax l'année dernière (ndlr : Isabelle vient d'Angers avec son IMRG) au rassemblement, j'ai un petit peu souffert quand même. La route est sympa, c'était sympa mais par contre effectivement au niveau confort la Scout pour des très longs trajets comme ça je ne recommanderais pas forcément. Je suis arrivée à Indian tout simplement parce que le concessionnaire Indian d'Angers venait de s'installer et en plus c'est quelqu'un de très très pointu en mécanique. J'avais des vieilles motos dont une où il fallait la remettre en état, le moteur et tout ce qui s'en suit, j'ai une 1000 Kawa ZL Eliminator, il en reste très très peu sur le marché maintenant et en plus c'est une machine qui n'avait pas très bien été entretenue par la personne qui me l'a vendue, j'avais besoin de la faire remettre en état, c'est le concessionnaire David qui me l'a remise nickel. Et c'est comme ça que j'ai découvert les motos dans le magasin, et puis un jour  tiens, il faudra que t'essayes , et puis pour moi c'est une moto de prestige, je me sentais pas j'avais peur d'en abimer une, un accident bête pendant l'essai. Il a proposé à mon mari de m'accompagner, lui avec une Victory et moi en Indian Scout, et quand je suis revenu j'avais le sourire jusqu'aux oreilles, mon mari a dit à David  c'est bon  (rires). C'est comme ça que j'ai connu Indian. Mon mari roulait en BM, en K100LT, on a découvert tous les deux la marque en allant chez le concessionnaire pour la Kawa. De fil en aiguille on a essayé, on a discuté, et puis voilà. Je suis d'une famille de motard, mon père est motard, il vit aux Etats-Unis, au Canada, ils connaissent un petit peu. Et puis c'est facile, ce sont des machines faciles, et puis je trouve que l'image Indian me correspondait beaucoup plus que Harley, j'ai rien contre Harley mais ça renvoie un côté brutal à mes yeux, tout l'historique des Hells etc. Harley était pas mal baigné là-dedans, l'image que renvoie Harley ne me correspond pas. Je trouvais qu'Indian c'était le force tranquille. Puis vraiment je me sens bien sur cette machine. Souvent on roule à deux avec mon mari et puis de temps en temps ça arrive chacun part avec sa moto faire un truc. Avec la Chief, les voyages ça va être un peu plus facile physiquement, parce que moins fatiguant, il y a les aller retour sur la côte vendéenne parce qu'on a un petit pied à terre à Saint Gilles Croix de Vie, là on part en Dordogne au mois d'aout, mais oui on roule on roule. Il y a des balades motos qui sont organisées, des fêtes à droite, des fêtes à gauche, et puis les aller retour sur la côte vendéenne c'est 130 km aller 130 km retour, donc 3 4 fois, 6 fois dans le mois, ça peut aller vite. J'ai sorti ma moto de révision à 4000 km la semaine dernière, j'en suis déjà rendu à 5500 km !

Merci Isabelle, on a eu du mal à se croiser pour discuter, mais ça s'est finalement fait. Merci pour cette histoire et bonnes balades à vous deux avec vos Indian !

Indian

Reportage Concentre Indian à Riom

Cet article fait partie des 14 articles du reportage Concentre Indian à Riom.

Commenter

rester connecté

m'inscrire perdu ?