Grosso, une jolie petite tranche de moto lyonnaise

C'est un inventeur lyonnais, François Grosso, qui dépose en 1952 un brevet de suspensions arrière à parallélogramme. S'en suivirent quelques prototypes ainsi qu'une moto avec un moteur 4 temps et une boite à 4 rapports qui resteront des modèles uniques.
Par Jean-Michel Lainé le .
moto grosso 125 de 1953 avec sa boite 4 vitesses a chaines
Moto Grosso 125 de 1953 avec sa boite 4 vitesses à chaines

Brevet de suspension arrière à parallélogramme déformable

François Grosso, dont le fils était sur le stand Moto Vision du salon du deux-roues de Lyon pour parler de l'invention de son père, était un entrepreneur et inventeur lyonnais. Il a déposé le 9 mai 1952 un brevet pour une suspension arrière à parallélogramme déformable qu'il a appliqué sur un premier prototype dont la base est un vélomoteur Follis avec un moteur Sachs. François Grosso a totalement refait l'arrière pour mettre en application son brevet. Cette machine sera dévoilée au public sur le stand Follis au salon de Paris en 1952 pour le première fois. Après le salon, il rentra par la route chez lui à Lyon confiait son fils.

S'en suit un autre prototype, le numéro 2, avec la suspension arrière à parallélogramme déformable qu'on voit sur le prototype numéro 1. Cette fois-ci, il est appliqué sur un cadre qu'il fabrique lui-même. L'ensemble est à la fois plus rigide et plus confortable que la précédente version.

grosso prototype numero 1
Grosso prototype numéro 1
detail de la suspension a parallelograme deformable grosso sur la follis
Détail de la suspension à parallélograme déformable Grosso sur la Follis
grosso prototype numero 2
Grosso prototype numéro 2

Moto Grosso 125 de 1953

Toujours dans les années 1950, François Grosso travaille sur la fiabilité des moteur 4 temps à combustion internet et refroidissement par air. Il développe une commande de soupapes à double arbres à came en tête et ressorts de rappel à pincette. Toujours pour valider son invention, il développe et réalise entièrement un monocylindre. Alain Payre, employé de François Grosso, arrive à persuader son patron de faire une moto en entier pour la tester sur la route. Le moteur est couplé à une boite à 4 rapports à chaînes mécano-soudé qu'il réalise entièrement aussi. C'est une pièce unique et la seule moto Grosso, aucune autre n'a été produite. En 1955, Alain Payre gagne une course au vélodrome de la tête d'or à Lyon avec cette moto. D'un point de vue technique, c'est un moteur mono cylindre 4 temps double ACT de 122.5 cm3 (alésage 51 mm, course 60 mm), pour une puissance de 11 chevaux pour une vitesse maximale de 114 km/h à 7490 tr/min.

moto grosso 125 de 1953
Moto Grosso 125 de 1953

Commenter « Grosso, une jolie petite tranche de moto lyonnaise »

rester connecté

m'inscrire perdu ?