Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009 par Jean-Michel Lainé

Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009

Après la célèbre Corsaro qui avait réveillé la marque et le récent trail Granpasso, le petit constructeur italien passe au scrambler
Par Jean-Michel Lainé

Après la célèbre Corsaro qui avait réveillé la marque et le récent trail Granpasso, le petit constructeur italien revisite un style rarement exploité par les marques modernes : le scrambler. Si le dessin de cette dernière née s'inspire de ses ancêtres, c'est toujours le VTwin à 87° de 1200cm3 qui anime cette machine.

Le moins que l'on puisse dire dès la mise en route, c'est que ce bicylindre n'a rien perdu de sa fougue et de sa sonorité en débarquant dans un ensemble destiné par nature à un usage mixte, terre et bitume. 117cv à 8500tr/min et 10.4mkg à 6700tr/min, des chiffres plus qu'honorables sur ce genre de monture à tel point que garder la roue avant au sol en sortant de courbe demande de la concentration. La réponse quasi instantanée du moteur et son important couple délestent la roue avant dès la réaccélération et la remet droite ! Dès le premier virage serré, le décor est posé : Scrambler ou pas, cette Moto Morini n'est pas là pour nous compter fleurette nez au vent mais pour tirer sur les bras de celui qui saura tourner la poignée franchement. Il n'est nullement nécessaire d'aller titiller les hauts régimes pour profiter de ces sensations. A partir de 4000tr/min, le Scrambler catapulte son pilote avec une force très rarement rencontrée dans la production actuelle. Le gros Twin distille par sa sonorité, son couple et sa vivacité une impression de force brute incroyable. Avec une boîte de vitesses qui autorise des changements de rapports très rapides, on se croirait sur une manche de SBK... sauf qu'on est au guidon d'un Scrambler.

Si le duo moteur/boîte n'est pas un cas à part dans la production Moto Morini, le Scrambler se distingue au premier coup d'oeil par son dessin. On trouve par exemple le support chromé de garde boue avant, les pneus Trail, la selle de deux couleurs assorties à la peinture de la machine, la plaque numéro, la grille de phare et l'incontournable double échappement superposé sauf que sur cette machine, les collecteurs ne longent pas le moteur par un côté, ils sont dessous. Il y a quelques bémols comme la connectique peu dissimulée à certains endroits, mais l'ensemble reste agréable à regarder, avec des formes généreuses et un sentiment de machine valorisante qui se retrouve une fois en selle. Avec son volume et une assise à 840mm, il faut être grand pour chevaucher le Scrambler d'autant que la selle est large, difficile de mettre les deux pieds bien à plat en mesurant 1m80. Les jambes sont pliées comme sur la Corsaro, en revanche les bras sont placés en hauteur et devant comme sur le Granpasso. Un mixte des deux qui fait qu'on est assis droit comme sur un Trail, mais avec les jambes pliées et sans beaucoup d'appuis sur les bras. La position n'est donc pas idéale pour un usage sportif, mais ce n'est pas le but de cette machine. Le passager profite aussi d'une selle accueillante et agréable sans toutefois avoir de quoi se tenir, et il en aura sans doute besoin.

Le Scrambler est suspendu par une impressionnante fourche inversée de 50mm. Elle n'est pas réglable mais remplit parfaitement son rôle y compris sur des freinages puissants ou dans des courbes rapides. L'amortisseur latéral a pour sa part plus de mal à encaisser l'énorme couple du bicylindre qui tient absolument à venir d'un coup. Il faut avouer qu'en réalité, on ne lui demande que rarement de venir doucement, c'est bien pour ça qu'on roule avec cette machine ! L'arrière travaille à la réaccélération sur l'angle, il encaisse comme il peut la déferlante qui émane du bicylindre (le pneu Trail n'aidant pas non plus) mais on ne s'en lasse pas... Seul le passage à la pompe nous rappelle à l'ordre. Avec ses injecteurs de 54mm et sa cylindrée de 1187cm3, le Scrambler n'est pas descendu en dessous de 8.5 litres aux 100km en roulage mixte. Même avec le réservoir de 21 litres, difficile donc de passer les 200km d'autonomie. Côté freinage, on pourrait s'attendre à une prise en main violente avec un tel comportement dynamique, et bien pas du tout. La puissance est au rendez-vous mais l'attaque reste discrète, on peut sauter sur les freins sans crainte.

Le tableau de bord est ultra complet. Une fois l'animation avec le dessin de l'aigle passée, le volatile se met dans un coin de l'écran qui affiche simultanément l'heure, la température moteur, la vitesse, l'odomètre et le rapport engagé. On trouve aussi la tension de batterie et deux journaliers avec même la vitesse moyenne, sans oublier le temps au tour (dès fois qu'on aille faire un tour de circuit), la température de l'air et la vitesse maximale. Tout ceci ne s'utilise qu'avec un seul bouton !

Bilan

Le bicylindre de Moto Morini revient donc animer une nouvelle machine qu'est le Scrambler 1200. Bien entendu, tous les ingrédients sont là pour assurer le style de cette moto dans la lignée de ses illustres aïeux, la grille de phare, la plaque numéro, la petite trousse à outils, les pneus Trail et l'incontournable double échappement superposé. Le tout est souligné par le joli coloris bi ton.

Mais ce Scrambler n'est pas des plus à l'aise hors du bitume, son truc est plutôt d'envoyer le pilote d'un virage à l'autre avec une fougue non dissimulée. Hormis la position qui ne favorise pas spécialement une conduite sportive et un amortisseur qui a bien du mal à encaisser la générosité du moteur, il faut reconnaître que cette Moto Morini à de sérieux atouts à faire valoir à qui cherche des sensations. La réponse tonitruante et instantanée au-delà des 4000tr/min donnera sans aucun doute le sourire à l'amateur de coup de pieds au c...

Par Jean-Michel Lainé

On aime bien

  • le moteur explosif
  • la partie cycle efficace
  • le style rare aujourd'hui

On aime moins

  • l'amortisseur qui a du mal
  • consommation élevée
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
et
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute
Ecouter

Fiche technique Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009

Tarif (juillet 2009)12 490 €
Puissance117ch à 8500tr/min
Couple10,4Nm à 6700tr/min
Frein AVDeux disques 298mm étriers 2 pistons
Frein ARUn disque 250mm étrier 2 pistons
Hauteur de selle840mm
Poids (constructeur)198kg à sec
Réservoir/Conso21L / 8,5L aux 100km
Conditions météossoleil et pluie (20°C)

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009

Photo 1 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 2 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 3 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 4 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 5 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 6 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 7 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 8 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 9 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 10 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 11 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 12 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 13 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 14 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 15 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 16 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 17 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 18 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 19 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 20 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 21 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 22 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 23 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 24 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 25 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009Photo 26 Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009

Fond d'écran

fond d'écran Essai Moto-Morini Scrambler modèle 2009

Dimensions 1024x768 1280x1024 800x600