Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004 par Jean-Michel Lainé

Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004

Une machine d'enduro à prix plancher avec de vraies qualités de franchissement : là voilà.
Par Jean-Michel Lainé

AJP avait présenté l'année dernière une machine d'enduro avec un moteur de 125cc accessible aux permis B. Cette machine est maintenant déclinée en 200 (disponible en juillet dans les concessions), avec une augmentation de cylindrée destinée à lui offrir une dose de puissance supplémentaire.

La machine de couleur noire est fine et haute. Sa géométrie et son dessin, semblable à celui de sa petite soeur, offre une position très orientée tout-terrain. Comme cela était le cas pour la 125, l'AJP 200 devait proposer un comportement idéal en tout-terrain, avec un moteur sans entretien excessif et pour un prix mini.

Moteur et boîte
Le moteur 4 temps de 200cm3 (fabriqué sous licence Honda) se met en route facilement d'une petite pression sur le bouton du démarreur. La 200 ne possède pas de kick contrairement à la 125. La sonorité émise par l'échappement est claire et assez sourde comme on s'y attendrait sur une machine de plus forte cylindrée .

La cylindrée est de 198cm3 très exactement. L'architecture simple est gage d'une certaine fiabilité et d'un entretien réduit. Refroidi par air/huile, il possède un unique arbre à came, deux soupapes et délivre tout de même 18cv à 8000 tr/min et 15.5Nm à 7000tr/min.

En route, sa souplesse est agréable dans les parties techniques. Il est capable de descendre bas dans les tours sans caler et de reprendre doucement mais sûrement. Il sera tout de même nécessaire de descendre un rapport pour reprendre plus vivement. Lorsque le terrain présente une forte pente où des difficultés techniques, on grimpe sur un filet de gaz sans problème.

Si le rythme s'accélère, il faut veiller à maintenir un régime moteur assez élevé pour garantir une bonne vitesse moyenne, en soignant ses trajectoires et ses appuis plutôt qu'en jouant de la poignée des gaz. Dans un usage " loisir " il est possible de rouler vite et bien dans des chemins peu accidentés en appliquant ces règles simples surtout que la partie cycle le permet !

Du coté de la boite de vitesse à 5 rapports, les rapports s'enclenchent facilement en montée comme en descente et le point mort se trouve du premier coup. La démultiplication de 15x50 permet de randonner sans trop consommer sur du roulant en revanche pour les adeptes des passages techniques ou pour ceux qui préfèrent plus de nervosité, sans doute qu'une dent de moins sur le pignon sera un choix pertinent.

Fourche et suspension
A l'avant comme à l'arrière, on trouve des éléments Paioli offrant un débattement de 260mm. Vu le prix de la machine, ils ne proposent pas de réglages ce qui visiblement ne les empêche pas de très bien faire leur travail.

En effet, la partie cycle est bonne, la roue avant se place où l'on veut, la roue arrière suit précisément que le terrain soit roulant, pierreux ou plein de racines. Le cap voulu est également conservé sur les freinages appuyés. Même sur les sauts, l'appel et la réception sont stables.

Quand le chemin se dégage et que l'on roule plus vite, on place ses appuis et définit ses trajectoires sans surprise. Cette facilité permet de garder une bonne vitesse moyenne sans changer d'allure.Dans les parties plus techniques, les obstacles sont avalés et, épaulée par le moteur souple, la partie cycle permet un franchissement sans appréhension.

Freinage
Le frein moteur est utilisable aisément dans beaucoup de situations. Le moteur est capable de faire grimper l'équipage sur un filet de gaz, il est également capable de le maintenir à une allure constante dans des descentes relativement pentues.

Coté freins, le freinage avant est assuré par un disque de 255mm et 4 pistons. A l'arrière, il s'agit d'un disque de 210mm et également de 4 pistons.

Le freinage arrière paraît puissant lorsque l'on est habitué aux machines d'enduro. La petite pédale de frein fait qu'en roulant, on appuie souvent trop fort sur la pédale et bloque la roue. Une habitude à prendre donc.

A l'avant, le dosage est facile et précis. Même avec deux doigts cela fonctionne bien. La fourche assure la stabilité, on peut freiner fort si besoin en sécurité, ou freiner sur des appuis pas toujours très stables.

Position et maniabilité
Comme nous le disions au départ, la machine est fine et relativement haute avec sa selle à 91cm. Elle affiche 105kg sur la balance.

La position est celle d'une véritable moto d'enduro : assis ou debout on trouve sa position au bout de quelques mètres et rouler debout n'est pas un problème. Les commandes tombent sous les mains et les pieds, la position du guidon permet d'être assez droit et de bien appuyer sur celui-ci.

La souplesse moteur permet de se faire plaisir en franchissement. Il peut aussi vous emmener loin pour de la randonnée sportive. Lorsque ça roule, la moto se fait oublier. Lorsque cela devient technique, on s'en sort très bien grâce à la docilité du moteur et à une partie cycle efficace. Bien sûr le moteur ne permettra pas de suivre de grosses machines dans les chemins roulant, mais ailleurs il y a de quoi se faire plaisir.

La vivacité de la partie cycle fait qu'on utilise naturellement le relief du terrain pour se placer, on joue avec lui pour garder son rythme et sa motricité. Bien souvent sur les machines c'est la partie cycle qui pèche, pour l'AJP aucun soucis, pas d'appréhension ni de comportement surprenant à craindre même sur le terrain de cross où nous pouvions également rouler.

Bilan

Avec son petit prix et des qualités dynamiques indéniables en tout-terrain, l'AJP 200 est un bon choix pour celui qui veut pratiquer l'enduro loisir sans y laisser sa chemise, grâce à son petit prix d'achat mais aussi à sa technologie moteur qui promet un entretien facile.

Mais aussi et surtout, cette machine favorise la technique et la maîtrise du pilotage face aux machines plus puissantes. Là où il est possible de passer en force avec d'autres, il est possible de passer aussi vite en finesse en soignant son pilotage. Pour celui qui ne possède pas le bagage technique suffisant, il est facile de l'acquérir à son guidon. Bref, l'AJP 200 est une bonne base pour se mettre ou se remettre à l'enduro et surtout parfaire sa technique avec une machine qui offrira en complément quelques belles pièces à l'image de son bras oscillant.

Par Jean-Michel Lainé

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004

Photo 1 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 2 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 3 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 4 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 5 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 6 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 7 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 8 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 9 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 10 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 11 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 12 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 13 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 14 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 15 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 16 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 17 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 18 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 19 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 20 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 21 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 22 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 23 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 24 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 25 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 26 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 27 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004Photo 28 Essai AJP 200 PR4 Enduro modèle 2004