Essai KTM Duke 690 modèle 2008

Une machine à la fois raisonnable et efficace, un gros mono typé roadster, un peu moins prêt à courir mais toujours très vif

Par Emoto

C'est en 1994 que le premier modèle routier de chez KTM est annoncé : la "Duke". Tout d'abord dotée d'un moteur de 620cc puis 640cc en 1999 avec la "Duke II", c'est aujourd'hui une toute nouvelle moto qui voit le jour : la "Duke III", dotée du moteur LC4 de 690cc déjà bien connu dans la gamme du constructeur autrichien. En effet, ce même monocylindre de 654 cm3, associé à une boîte six vitesses anime les modèles KTM Enduro, SMC, SMR, SM et Duke.

La première impression lorsque l'on voit cette nouvelle version de la Duke est son affiliation évidente à la nouvelle lignée de KTM (Super Duke et autres) aux lignes épurées, racées et anguleuses. Ce design moderne associé à cet élégant mélange de blanc et de noir en lieu et place de l'incontournable coloris orange, donne d'un seul coup à la Duke 690, une nouvelle orientation plus éloignée de la gamme SM, un coup de jeune et un style actuel qui ne laissera plus personne indifférent.

A l'avant, la tête de fourche moderne et ultra compacte est surmontée d'un saute vent fumé très discret. Elle accueille deux phares halogènes superposés et abrite un tableau de bord digital multifonctions parfaitement lisible.

La fourche inversée White Power (WP) entièrement réglable offre un débattement de 140mm. Le freinage est assuré par un disque de 320mm et un étrier radial 4 pistons signé Brembo. A l'arrière, on retrouve un disque de frein de 240mm associé à un étrier 1 piston et un amortisseur WP connecté au bras oscillant à l'aide du système "Pro-lever". Celui-ci permet de modifier les réglages de détente et de compression comme on le souhaite.

On remarque également la beauté du bras oscillant en aluminium avec un style poutre métallique treillis. Dans un souci de détail, KTM a façonné une béquille alu qui reprend également cette géométrie triangulaire.

L'échappement ne gâche en rien la ligne de la "Duke", puisque celui-ci se trouve en position basse, sous le moteur, libérant ainsi l'arrière de la moto très réussi et abaissant significativement le centre de gravité. En revanche, la sonorité du monocylindre n'est pas au rendez-vous et au ralenti la "Duke" reste timide

Une fois en selle, la petite dernière de chez KTM tombe bien sous la main. Un guidon large mais pas trop haut, une assise relativement confortable, bien que ferme et une position globale agréable annoncent de belles balades en perspective...

De plus, le constructeur Autrichien propose d'origine un petit potentiomètre "Map-Select" placé entre le moteur et le réservoir qui permet de choisir entre trois cartographies moteur : normal, hard ou soft. Cette dernière qui abaisse la puissance à 30%, est recommandée en cas de pluie/neige, ou bien aux débutants.

En route, on se rend très rapidement compte que la Duke va préférer les chemins de campagnes aux grands axes. En effet, la position droite, sur l'avant de la moto et les protections quasi-inexistantes, infligent au pilote de nombreuses turbulences qui peuvent fatiguer si l'on persiste à rester à grande vitesse. C'est pour cette raison que l'essai s'est principalement déroulé sur de petites départementales dans le Jura, lieu de prédilection pour juger au mieux des capacités de ce monocylindre.

Sous les 4000 tours le moteur cogne, mais se révèle très joueur et surtout très vif au delà des 5500 tours. Les suspensions WP avant et arrière jouent leurs rôles à la perfection et la "Duke" s'inscrit en courbe proprement, précisément et garde son cap. La "Duke 690" se caractérise par sa facilité de prise en main, son efficacité et sa stabilité.

De son côté le freinage respecte aussi toutes ses promesses : Dosable, progressif mais somme toute efficace. Le simple disque à l'avant pincé par son étrier radial, assure sa part de travail et l'arrière se révèle très puissant. KTM a également équipé la Duke d'un embrayage APTC antidribbling qui stabilise la roue arrière en cas de rétrogradage violent.

Tous ces atouts font de la Duke 690 un incroyable jouet, extrêmement maniable et performant dès que les virages montrent le bout de leur nez. Même en conduite sportive, le pilote peut rouler sereinement, la partie cycle ne faisant jamais défaut. La Duke se laisse mener sans forcer et est capable de tenir un rythme élevé sur les routes de montagne avec une grande facilité.

essai Essai KTM Duke 690 modèle 2008
Essai Essai KTM Duke 690 modèle 2008

Bilan

Pour conclure, les amateurs de supermotard ne trouveront sans doute pas en elle les éléments pour les satisfaire. La position moins en avant du pilote sur la selle, la hauteur moindre du guidon et le maniement d'un virage à l'autre sont réellement différents d'une machine typée Supermotard. En fait, cette nouvelle Duke 690 se classe plutôt du côté des roadsters monocylindres tel que la Yamaha MT03, plutôt que dans la catégorie Supermotard où l'on trouvera volontier la KTM 690 SMC.

Cette machine civilisée, raisonnable et efficace s'éloigne d'une machine prête à courir pour devenir parfaitement utilisable au quotidien sans devoir se muer en pilote à chaque mise en route. Un bon point pour celui qui n'utilise pas sa machine que pour ses loisirs. Il n'y a toutefois pas d'inquiétude à avoir, le week-end venu elle saura parfaitement offrir son lot de sensations à celui qui souhaitera maintenir une allure infernale juste pour le plaisir : l'esprit KTM n'a pas été oublié dans la recette, la Duke 690 sait jouer...

Par Emoto

On aime bien

  • les lignes incisives
  • l'efficacit d'ensemble
  • la finition gnrale

On aime moins

  • la sonorit timide
  • l'acceuil du passager
  • le tarif lev
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la dtaille
On l'coute
Ecouter

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Essai KTM Duke 690 modèle 2008

Fond d'écran

fond d'écran Essai KTM Duke 690 modèle 2008

Dimensions 1024x768 1280x1024 800x600