Essai Honda CBR1000RR modèle 2006 par Jean-Michel Lainé

Essai Honda CBR1000RR modèle 2006

Finesse et facilité sont sans aucun doute les maîtres mots du fer de lance de la gamme hyper-sport de chez Honda
Par Jean-Michel Lainé

La CBR 1000 RR, celle-là même qui s'est illustrée cette année en remportant notamment les 24 Heures du Mans, apparaît d'emblée comme une machine compacte malgré la cylindrée affichée. Dans ce coloris rouge et noir qui allie une image sportive et sélecte, elle ne manque pas non plus de se faire remarquer à l'arrêt.

Le quatre cylindres en ligne de 998cm3 est classique dans la catégorie puisqu'il possède un double arbre à cames en tête, 16 soupapes, l'injection et un refroidissement liquide. A l'usage, il se montre d'une grande docilité ce qui permet au pilote de doser parfaitement l'ouverture des gaz en toutes circonstances.

Capable de repartir dès 1500tr/min sur le sixième rapport, le régime moteur monte vite avec une excellente linéarité même si on peut tout de même trouver deux paliers un peu marqués. Le premier se remarque lorsqu'on passe 5000tr/min puis le second beaucoup plus haut à 10000tr/min. Au-delà, on trouve la zone rouge à 11600tr/min et la «shift light» orange qui signale le moment où il est temps de changer de rapport.

La boîte de vitesse et l'embrayage sont d'une facilité d'utilisation déconcertante. Rares sont les machines où la sélection se fait avec une aussi grande facilité. Monter les rapports à la volée ne lui pose bien entendu aucun problème. Le plus étonnant est sans doute qu'il n'est pas nécessaire d'être haut dans les tours pour pouvoir le faire, même à 4000tr/min sur les premiers rapports, la manoeuvre s'exécute en souplesse.

Pour une utilisation sur circuit, on regrettera sans doute la discrétion de l'échappement qui permet par contre de rester discret pour un usage routier puisqu'il n'affiche que 94db à 5500tr/min , un régime amplement suffisant pour traverser une grande ville par exemple.

Le moteur est placé dans un cadre à double poutre aluminium de type «Diamond» qui assure à la machine une bonne rigidité. La fourche inversée de 43mm se règle en précharge, compression et détente pour trouver ce qui ira le mieux à l'usage prévu, route ou circuit.

A l'arrière, le mono amortisseur permet lui aussi d'ajuster les réactions de la machine à sa conduite en jouant sur la précharge (13 positions), la compression et la détente.

Le freinage se compose de deux disques de 320mm à l'avant avec des étriers de type radial et un disque arrière de 220mm de façon classique. L'avant procure un feeling sans surprise avec une attaque parfaitement dosable et une puissance redoutable si besoin.

L'arrière est lui aussi facilement utilisable sur de nombreuses situations rencontrées lors d'un usage routier où l'on pourra en complément, compter sur le frein moteur important de la CBR 1000 pour nous ralentir sans brutalité.

En dehors de ses qualités dynamiques, la CBR possède une excellente finition : Pas un fil de travers, de belles soudures, des pièces soignées et de nombreux autres détails qui font de cette machine un bel objet même de près.

L'équipement est richement doté. Le tableau de bord sobre et clair, arbore tout le nécessaire dont une montre, un compteur journalier qui peut être affiché en même temps que le totalisateur, un témoin de réserve et une indispensable «shift ligth» pour le coté Racing.

Pour un usage quotidien, on apprécie l'emplacement réservé sous la selle pour y mettre un U. Même si tous les modèles ne sont pas acceptés, ceci est rare sur les machines hyper-sport. En complément de l'anti démarrage HISS, ceci devrait permettre de la protéger efficacement.

Les premières séances de roulage mettent en avant une machine équilibrée entre l'avant et l'arrière du point de vue du pilote. On ne sent pas une «masse» sur l'avant comme sur d'autres machines de la catégorie. La CBR donne le sentiment d'un parfait équilibre des masses avec à la clé un pilotage où aucune fermeté n'est nécessaire.

La CBR 1000 RR est également équipée du fameux système HESD (Honda Electronic Steering Damper), cet amortisseur de direction électronique intégré à la colonne de direction qui avait été présenté en France l'année dernière à l'occasion du Mondial du Deux Roues. Une fois en selle, on ne peut pas manquer le boîtier noir qui trône en haut de la colonne de direction.

Ce système, en dehors d'éviter d'avoir un amortisseur extérieur pas toujours très esthétique, assure un bon amortissement à haute vitesse sans pour autant entraver le maniement du guidon pour des mouvements à très basse vitesse, lorsqu'on déplace la machine à la main par exemple. A l'usage, ceci s'avère très convaincant tout simplement parce qu'il se fait oublier.

Avec son gabarit réduit qui nous fait plus penser à une machine de cylindrée inférieure une fois au guidon, un équilibre avant/arrière assez neutre, un moteur linéaire avec une très grande plage d'utilisation et son amortisseur de direction électronique efficace, la CBR 1000 RR s'impose comme une machine très facile d'utilisation.

On peut bien entendu rouler très vite avec une conduite très incisive, mais on peut aussi rouler raisonnablement sans subir la machine. Elle accepte les deux modes d'utilisation sans rechigner et du coup apparaît comme une machine qui, bien que pensée pour la piste et la performance, peut trouver sa place sur la route sans pour autant que l'on ait besoin de se transformer en pilote.

Pour une utilisation routière sans excès, le réservoir de 18 litres (dont 4 de réserve) autorise des étapes de 200 kilomètres avec une consommation raisonnable au regard de la cylindrée de 1000cm3. Bien entendu, comme sur toutes les hyper-sport de cette cylindrée, taquiner la zone rouge en permanence augmentera la consommation, proportionnellement aux sensations distillées par la machine.

Bilan

Au final, la version 2006 de la CBR 1000 RR est un bon mélange entre l'efficacité dédiée au sport et le confort d'utilisation. Ce confort sera fortement appréciable sur route mais aussi sur circuit en permettant de tenir un rythme élevé plus longtemps. Le «petit» plus par rapport aux années précédentes sera le système HESD, pour les amoureux de la technologie et de l'efficacité.

La CBR 1000 RR est disponible à partir de 13800€ (été 2006) en rouge, noir et argent.

Pour en savoir plus sur la technologie HESD, vous pouvez visiter le Technology Close-Up de Honda, des pages très complètes mais en anglais sont dédiées à cette invention.

Par Jean-Michel Lainé

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Essai Honda CBR1000RR modèle 2006

Photo 1 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 2 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 3 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 4 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 5 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 6 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 7 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 8 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 9 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 10 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 11 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 12 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 13 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 14 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 15 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 16 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 17 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 18 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 19 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 20 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 21 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 22 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 23 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 24 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 25 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 26 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 27 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 28 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 29 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 30 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 31 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 32 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 33 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006Photo 34 Essai Honda CBR1000RR modèle 2006