Interview : conception de la FFWD

Vous vous souvenez certainement de la Ducati Reflex FFWD présentée par le groupe Reflex.
Par Jean-Michel Lainé

Après quelques réactions, on a réalisé une petite interview avec le designer de cette machine, JM Tarallo. Il nous raconte comment est né le projet, comment il est passé d'un pur concept à une version finalisée mais aussi quelques projets pour l'avenir. Pour les plus curieux, vous y découvrirez aussi des photos des pré-maquettes. Le designer compte sur internet pour récolter des impressions sur cette création, alors n'hésitez pas à faire vos commentaires !

eMoto: En quelques mots, présentez nous un peu votre parcours dans le monde du design moto...

JM Tarallo: Mon premier contact avec le monde de la moto s'est fait grâce à la rencontre de Sacha Lakic avec qui j'ai travaillé sur le design de scooters pour Piaggio, de motos pour Suzuki et pour Voxan avec le roadster.
Depuis 3 ans je travaille dans le domaine automobile mais je trouve quand même un peu de temps pour dessiner des projets qui me tiennent à coeur.

eMoto: Comment est né le projet de la Ducati Reflex FFWD ?

JMT: Après avoir travaillé avec Sacha, j'ai mis en place une activité design chez Reflex qui est à la fois une agence de communication à Paris dirigée par Luc Besnier et un atelier de prototypes et maquettes à Chartres tenu par Yves Kerlo.
C'est en partageant la même passion pour la moto que nous avons eu l'idée de créer un modèle unique, chacun apportant ses compétences.

b

eMoto: La machine répond à un cahier des charges précis ou c'est une véritable démarche artistique...

JMT: Les deux. En fait la seule contrainte était la faisabilité technique car cette moto roule et est réalisable, ce n'est pas un conceptbike destiné à paraître uniquement dans les salons, on la croisera bientôt dans les rues de Paris!
En revanche la démarche peut être considérée comme artistique dans le sens où cette moto n'est pas destinée à une clientèle ciblée par une étude marketing pour un marché prédéfini.
La FFWD est une moto "exploratoire" c'est à dire qu'elle montre une approche différente des schémas établis, j'ai voulu créer un roadster compact, habillé et aérien en partie haute, dépouillé et massif en partie technique, les partis pris sont volontairement forts... quitte à déplaire.
Cette tentative peut être comparée à ce qu'est un court métrage face à un film commercial grand public : un laboratoire d'expériences sans risque financier démesuré.

eMoto: Quelles sont les références artistiques et culturelles qui ont inspirées cette création ?

JMT: Les sources d'inspiration sont multiples, un designer se nourrit de l'air du temps et explore le champs des possibles en s'ouvrant vers des secteurs aussi variés que l'architecture, le mobilier, la BD ou la musique par exemple.
Je me constitue mes références, je "m'abreuve" des visions les plus prospectives du moment pour créer un nouveau produit, ce qui peut bien sûr provoquer des décalages face à des milieux conservateurs tel que l'est parfois le marché de la moto.
Pour la FFWD j'ai voulu rompre avec les stéréotypes moto en cachant l'échappement, la peinture gris métallisé mat fait plutôt référence à l'habitat ou à la hifi, le traité du cadre au mobilier contemporain, la compacité de l'arrière à la Buell et l'expression de l'avant rappelle certains robots de SF.

eMoto: Du premier coup de crayon à la réalisation du prototype, la charge de travail doit être conséquente, non ?

JMT: La réalisation d'un projet quel qu'il soit demande toujours plus de travail et d'énergie que ce qu'on imagine, il ne suffit pas d'un dessin pour qu'une moto existe et roule.
Sur la FFWD il a fallu une trentaine d'esquisses pour extraire 3 concepts de formes dont 1 a été choisi pour la réalisation.
Viennent ensuite :
- La phase de maquettage; intégration de la 3ième dimension, des données techniques, ergonomiques, process ... et des modifications engendrées.
- La réalisation des moules d'après la maquette finie.
- Le tirage des pièces d'après les moules réalisés.
- Le montage à blanc de l'ensemble pour vérifier que tout fonctionne.
- Le choix des couleurs et accessoires.
- Le remontage définitif.
Il peut encore se révéler des surprises jusqu'au dernier moment, c'est un travail de longue haleine qui a dû représenter, mis bout à bout, environ 4 à 5 mois de travail.

a

eMoto: Vous envisagez de vendre une petite série de cette machine directement sur le net, pourquoi faire ce choix de distribution ?

JMT: Cette moto sera montée à la demande (de 1 à 50 unités environ), à la main, sur base Ducati mostro (600, 750, 900 et S4).
Utiliser le net nous permet de communiquer, de mesurer le potentiel d'acheteurs et d'adapter les méthodes de fabrication en conséquence, cela nous permet aussi de minimiser l'investissement et de s'affranchir d'un réseau de distribution.
Le client pourra suivre le montage de sa moto, il pourra choisir de venir la chercher à l'atelier ou de la faire livrer à domicile.

eMoto: Avec une marque synonyme de compétition, envisagez vous de participer au championnat Protwin ou à une autre formule l'année prochaine ?

JMT: Il n'y a rien de prévu dans ce sens que je sache, il faudrait interroger Yves Kerlo, c'est lui qui a les contacts dans la compétition.

eMoto: Pour conclure, avez-vous d'autres projets deux-roues dans vos cartons ?

JMT: Il y a toujours des projets dans les cartons et dans la tête, 2 roues, 4 roues et même 3 roues, le plus délicat est de trouver les bonnes opportunités, le temps et les personnes intéressées par mettre ces idées en application.
Une expérience comme la FFWD demande de la patience, de l'investissement, de l'énergie, et de la conviction, c'est une prise de risque mais c'est ça qui est motivant!

Les photos de la présentation presse
contacts chez Reflex Group

Par Jean-Michel Lainé

N'hésitez pas à commenter cet article « Interview : conception de la FFWD ».

3 commentaires

rester connecté - m'inscrire - perdu
Par driver
driver

pa a c de photo sur les cmmentaires


Par jean francois
jean francois

Esthetiquement l avant de la moto contraste trop avec la fluidite de l arriere, c est"trop lourd" meme si l aspect "rablé" vas bien a la Mostro.Maintenant moi je me demande l interet de modifier une machine si bien réussi d origine!.Meme commercialement, la mostro a une identite tres forte et bcp de ses acheteurs la veulent pour ca!y aura t il un débouché? je vous le souhaite car la production actuelle est vraiment trop fade et c est réjouissant de voir des projets tels que le votre meme si l on y adhere pas totalement.
A quel prix pensez vous la commercialiser???
envisager vous d autre projet du meme type mais sur des machines bcp plus basiques et donc plus abordables financierement?


Par joe
joe

Losque j'ai vu cette moto un peu par hazard sur le net je suis resté "bloqué" un bon moment. J'ai 38 ans c'est ma première année de moto sur route, aprés avoir acheté une Husky 610 supermotard je roule en ce moment sur une Buell, j'ai le virus du beau bruit de moteur twin dont Ducati en fait partie. Bravo d'avoir fait un design original je trouve l'arrière de la moto canon j'aime beaucoup la sortie des pots et aussi le réservoir, sans savoir pourquoi je n'aime pas vraiment l'avant de la moto qui est peu trop "mastoque" a mon goût. J'aimerais bien savoir quand cette moto est disponible sur le net et a quelle adresse.
Amicalement. Joe