Pedrosa et Lorenzo sont confiants avant Le Mans

Par Jean-Michel Lainé le .
Le Grand Prix de France marque le début de la période la plus chargée du calendrier MotoGP 2008, avec sept courses en dix week-ends

Dani Pedrosa (Repsol Honda RC212V-Michelin) mène la course au titre en ayant figuré sur le podium au Qatar, en Espagne, au Portugal et en Chine. Mais l'Espagnol ne possède que sept points d'avance sur l'impressionnant rookie Jorge Lorenzo (Fiat Yamaha Team YZR-M1-Michelin) qui, pour la première fois de l'année en Chine, n'est pas monté sur le podium suite à sa chute des essais et des blessures contractées aux deux chevilles.
Après la course de dimanche, pilotes, teams ainsi que l'équipe Michelin en MotoGP resteront au mans pour une séance d'essais fondamentale avant la série de six courses à venir : Mugello, Catalunya, Donington Park, Assen, le Sachsenring et Laguna Seca.

«Le Mans est un circuit qui sollicite modérément les pneumatiques» indique Jean-Philippe Weber, responsable de la compétition moto chez Michelin. «Il n'est pas aussi agressif qu'Estoril, par exemple, où les flancs droits subissent de fortes contraintes. Les performances au freinage sont primordiales car les pilotes rencontrent beaucoup de zones de freinage très appuyées avant de négocier des courbes relativement lentes. Mais nous pouvons néanmoins utiliser des pneus avant plus tendres qu'à Shanghai. A Shanghai, l'accent est mis sur le freinage en ligne droite, à des vitesses très élevées. Au Mans, il s'agit plus de freiner en entrée de courbe et nous travaillons pour fournir à nos pilotes le niveau de grip et de feeling dont ils ont besoin pour freiner tard en courbe. On rencontre également quelques virages plus rapides, comme La Chapelle, Le Musée, le Garage Vert et les Esses Bleus où il faut une bonne adhérence sur l'angle. La motricité en sortie de courbe s'avère également cruciale au Mans car bon nombre de virages négociés sur les rapports inférieurs débouchent sur des lignes droites. Ici, nous utilisons des pneus arrière de type medium car même si les pilotes requièrent une bonne motricité, le tracé n'est pas trop abrasif. Ce n'est qu'en nous rendant sur des circuits comme le Sachsenring, Phillip Island et Valencia - tous très asymétriques, avec de nombreuses grandes courbes - que nous utiliserons des gommes plus dures.
En raison d'un temps aléatoire au Mans à cette période de l'année, l'un des challenges majeurs de cette course réside dans la gestion des performances pneumatiques par rapport à la température de piste qui peut varier d'environ 20 degrés. Mais sur la base des informations dont nous disposons depuis le début de l'année, notamment à Shanghai avec une température de piste très variable, nous partons confiants. Par exemple, à Shanghai Lorenzo a couru avec succès en choisissant les mêmes pneus qu'utilisés lors des essais, et pourtant la piste était plus fraîche de 23 degrés. Cela n'aurait pas été possible voici quelques années. Comme l'an dernier, il pourrait évidemment pleuvoir au Mans, mais nous disposerons de pneumatiques pour nos adapter aux conditions météorologiques changeantes. Il nous faudra travailler dur pour optimiser le grip sur le revêtement qui est de qualité moyenne.
Il s'agit de notre course nationale et nous visons donc la victoire, ce qui ne diffère évidemment pas des autres courses. En ce moment, tous nos pilotes semblent particulièrement motivés et assurés de la performance de leurs pneumatiques. Dani est en bonne posture et apprécie le circuit, et nous espérons que Jorge sera tout à fait remis de ses blessures. Il s'agit également de la course nationale pour le team Tech3 - avec Colin et James - ainsi que pour Randy de Puniet (Honda LCR RC212VMichelin), et nous espérons un bon résultat pour chacun d'entre-eux.
Le lundi qui suit la course, une séance de tests est organisée pour l'ensemble des teams MotoGP. Nous essaierons de nouveaux avant, avec le profil existant, conçus pour encore améliorer le feeling et l'adhérence sur l'angle. Nous testerons également, à l'arrière, de nouvelles constructions et de nouvelles gommes. Après Le Mans, six courses se suivent en huit week-ends et, durant ces tests, il sera donc important de poursuivre notre développement.
»

Le Mans: 4.180km
Record du tour : Valentino Rossi (Camel Yamaha Team YZR-M1-Michelin), 1m 35.087s, 158.255km/h-98.335mph (2006)
Pole position 2007: Colin Edwards (Camel Yamaha Team YZR-M1-Michelin), 1m 33.616s

Récents vainqueurs du GP de France
2007 Chris Vermeulen (Rizla Suzuki GSV-R), 50m 58.713s (course humide)
2006 Marco Melandri (Fortuna Honda RC211V-Michelin), 44m 57.369s
2005 Valentino Rossi (Gauloises Yamaha Team YZR-M1-Michelin), 44m 12.223s
2004 Sete Gibernau (Telefonica Movistar Honda RC211V-Michelin), 44m 22.750s
2003 Sete Gibernau (Telefonica Movistar Honda RC211V-Michelin), 24m 29.665s (course raccourcie pour cause de pluie)
2002 Valentino Rossi (Repsol Honda Team RC211V-Michelin), 34m 22.335s (course raccourcie pour cause de pluie)
2001 Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team YZR500-Michelin), 46m 59.346s (ancien circuit)
2000 Alex Crivillé (Repsol YPF Honda NSR500-Michelin), 47m 15.363s
1999 Alex Crivillé (Repsol Honda NSR500-Michelin), Circuit Paul Ricard
1998 Mick Doohan (Repsol Honda NSR500-Michelin), Circuit Paul Ricard
1997 Mick Doohan (Repsol Honda NSR500-Michelin), Circuit Paul Ricard
1996 Mick Doohan (Repsol Honda NSR500-Michelin), Circuit Paul Ricard

profil circuit le mans

Commenter « Pedrosa et Lorenzo sont confiants avant Le Mans »

rester connecté

m'inscrire perdu ?