Essai du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

Réalisé par Jean-Michel Lainé

Un an après l'introduction de son Vivacity 125, Peugeot lance sa version électrique avec le nouveau e-Vivacity. Ce deux-roues électrique n'est toutefois pas l'équivalent de son grand-frère mais du Vivacity 50 d'un point de vue de la législation et des performances annoncées. Peugeot n'en est pas à son coup d'essai puisque c'est en 1996 qu'était lancé le Scoot'Elec avec une autonomie moindre et surtout un poids très pénalisant à cause des batteries Nickel Cadmium. Quinze années sont passées depuis, une éternité à l'échelle d'une technologie naissante qui connaît mois après mois, des progrès considérables. 2010 marquait d'ailleurs pour le groupe PSA, l'arrivée sur le marché des iOn (chez Peugeot) et C-Zero (chez Citroën), deux véhicules issus d'une collaboration avec Mitsubishi concepteur de l'i-MiEV. En 2011, c'est au tour des deux-roues d'entrer dans l'air de la fée électricité. Comme sur ses autos, Peugeot alimente son moteur électrique à l'aide de batterie Lithium-ion. Le choix s'est porté sur SAFT pour la fourniture de ces éléments. Ce constructeur est le leader mondial des batteries de haute technologie et est d'ailleurs le fournisseur de celles qui alimentent les autos du célèbre Trophée Andros.

Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011
Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

Les batteries trouvent leurs places dans le plancher au plus près du moteur, ce qui permet aussi d'abaisser le centre de gravité d'un e-Vivacity qui annonce tout de même 115kg sur la balance dont 16kg pour les seules batteries. Dans un premier temps, Peugeot vise aussi les entreprises et administrations alors pour répondre à ce besoin, il est possible de prendre en option un voire deux chargeurs supplémentaires même en tant que particulier. Une fois installés, ils permettent de réduire le temps de charge de presque 50%. La batterie se charge sur une prise 220V en 8 heures avec le chargeur inclus, 5h avec un second. Pour améliorer un peu l'autonomie, le moteur fait office de générateur à la décélération. Une fois en selle, le tableau de bord digital de l'e-Vivacity affiche au centre une «grosse pile» avec des barrettes qui disparaissent au fur et à mesure que l'autonomie baisse. Pour alerter d'un dysfonctionnement, on trouve comme sur une motorisation thermique, un thermomètre pour la température du moteur. Le e-Vivacity en possède un second pour la température de la batterie. Une fois totalement chargé, l'autonomie restante affiche fièrement 61km au départ du petit parcours d'essai. L'essai se passe en centre ville avec un passage sur une petite portion de route pour aller et revenir du centre ville. Après 30 kilomètres de roulage, l'autonomie affichée était de 20km, on peut donc viser de faire 45 à 50km avec ce scooter électrique.

A l'usage, l'e-Vivacity propose 4 modes de fonctionnement, 3 en marche avant et une marche arrière. Les modes se sélectionnent à l'arrêt ou en roulant (sous certaines conditions). La marche arrière facilite les manoeuvres pour garer votre scooter dans un petit espace ou en pente. De même, il y a un mode piéton qui permet de le «pousser» à la main, sauf que là, il roule tout seul. Il reste enfin 2 modes pour rouler, un qui limite la vitesse à 26-27km/h et un autre à 45 (un peu plus de 50km/h au tableau de bord). Vous pouvez choisir le premier pour une zone 30, et le second le reste du temps. Notre test d'autonomie a été fait dans le mode sans limitation. Dynamiquement, ce scooter électrique est assez vif au démarrage grâce à un couple de 14Nm disponible immédiatement (environ 10 de plus que son équivalent thermique de 50cm3). Seul une légère latence et un léger à-coup, plus ou moins marquées selon la température du duo moteur/batterie, se font sentir au démarrage. Ensuite les variations d'allure sont très linéaires. Sur un trajet sans relief, la prise en main est rapide, on est avant tout au guidon d'un scooter, la seule différence est que celui-ci ne fait quasiment pas de bruit de fonctionnement. D'ailleurs Peugeot a installé un petit buzzer pour alerter les piétons qui ne nous entendent pas arriver, malheureusement, il fait moins de bruit que le rappel du clignotant... Si la ville est vallonnée, la conduite diffère d'un scooter thermique. Les pentes à gravir ne doivent pas être trop accentuées sous peine de ne pas les franchir, et en descente, il n'y a aucun frein moteur jusqu'à 50km/h, vitesse à laquelle le moteur électrique régule.

Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011
Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

Enfin, tous les aspects pratiques du Vivacity à moteur thermique ont été conservés sur le e-Vivacity électrique. On a donc un coffre sous la selle qui peut recevoir un casque intégral, et un autre sur l'avant du tablier juste sous le phare, qui peut accueillir un Jet. Le petit bouton qui sert à l'ouverture n'est pas toujours très pratique d'accès, en dehors de ce détail, l'espace de chargement est tout à fait appréciable sur ce petit scooter urbain. On apprécie aussi l'affichage de l'heure et de la température ambiante au tableau de bord, deux informations pratiques à l'usage : l'heure pour ne pas être en retard et la température car comme pour votre téléphone portable, l'autonomie de la batterie varie en fonction !

Bilan

Si Peugeot n'a pas fait le choix d'un équivalent 125 pour son e-Vivacity, c'est simplement parce que les technologies de batteries disponibles actuellement ne le permettent pas de façon satisfaisante. Cette version électrique de ce scooter est donc un équivalent 50cm3, dans ce cadre d'usage, il se pose en alternative crédible. Il y a toutefois quelques bémols en dehors du fait qu'il préfère rouler dans une ville sans relief. Il y a bien entendu l'autonomie qui le limite son utilisation au strict centre ville et à un nombre réduit de déplacements quotidiens entre deux recharges. Les batteries ne s'enlèvent pas, il faut donc avoir accès à une prise ce qui n'est pas toujours le cas dans les parkings, ou sur les bornes dans les villes qui en sont équipées. Enfin, le tarif est encore élevé même si «faire le plein» ne coûte pas cher actuellement et que l'entretien se résume aux pièces d'usure que sont les freins et les pneus. Il faudra s'acquitter de 3600€ ou opter pour une LOA sur 24, 36 (99€/mois) ou 48 mois. Il est disponible en deux coloris, le bleu nuit ou le blanc polaire avec sa selle bleue électrique et son logo-Vivacity (photos). A titre de comparaison, voici quelques chiffres remarquables sur le e-Vivacity et le Vivacity 50 cm3 entre parenthèses : masse à vide de 115kg (95kg), puissance de 4.08ch (4.36ch à 7100tr/min), couple de 14Nm (4.4Nm à 6800tr/mn), hauteurs de selle à 786mm sur les deux, roues de 120/70 12 pouces sur les deux, freins av/ar identiques et tarif à 3600€ (1649€).

Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011
Photo du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

On aime bien

  • Silence de fonctionnement
  • Espace de chargement
  • Entretien réduit

On aime moins

  • Temps de charge
  • Puissance en côte
  • Frein moteur très faible
Quotidien
Loisir
Duo
On vous regarde
On le détaille

Commentez avec Facebook

Fiche technique du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

Tarif (avril 2011)3600€ ou LOA
Garantie2 ans, 4 ans pour les batteries
Puissance4,08 chevaux
Couple14 Nm
Pneu avant120/70 - 12 pouces
Pneu arrière120/70 - 12 pouces
Frein avantDisque 200mm
Frein arrièreTambour 110mm
Hauteur de selle786mm
Poids (constructeur)115kg à sec
Charge/Autonomie8 heures / 50km

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.peugeotscooters.fr, le site officiel de la marque.

Photos du Peugeot e-Vivacity modèle 2011

Fond d'écran

fond d'écran du Peugeot e-Vivacity modèle 2011
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600