youtube facebook google+ twitter rss
actualités | essais moto - maxiscooter - scooter 125 | vidéos - photos - sons | dossiers - guide d'achat
rester connecté - m'inscrire - perdu ?

Essai Harley-Davidson Iron

Réalisé par Photos actions Lionel Beylot le 1er avril 2009
Après la Nightster en 2007, c'est au tour de l'Iron d'arriver dans l'hexagone pour continuer la révolution des très populaires Sportster, une histoire née en 1957 précisément avec cette cylindrée de 883cm3. Le nouveau 883 reprend la recette de son aîné qui initiait la tendance Dark Custom avec un style minimal, une couleur noire dominante et le moteur Evolution à injection séquentielle.

Harley-Davidson Iron
Harley-Davidson Iron

Esthétiquement, l'Iron adopte le style de la Nightster avec son garde-boue arrière coupé, sa grande roue à bâtons de 19 pouces à l'avant (16 pouces à l'arrière), son guidon proche d'un drag bar, ses soufflets de fourche, sa peinture mate, ses feux tout en un (position, stop et clignotant), sa selle monoplace, ses commandes aux pieds noires et sa boîte à air noire à l'image de la finition du moteur. Seuls les échappements superposés à coupe droite sont chromés.

Le moteur Evolution de 883cm3 est donc alimenté par une injection séquentielle électronique. Le changement est notable dès les premiers tours de roues en raison d'une bonne disponibilité à bas régime, le V-Twin est capable de reprendre bien plus bas que son prédécesseur sans avoir besoin de changer de rapport, un caractère très agréable en ville surtout qu'on profite de son inertie pour rouler tranquillement en ville. La boîte de vitesses à 5 rapports est toujours ferme mais se manie sans encombre une fois le pli pris. Chère à la marque américaine, la sonorité est suffisante pour en profiter sans excès , en revanche le moteur monté sur silent bloc ne distille plus beaucoup de «good vibration».

Si la majorité des caractéristiques dynamiques se retrouvaient sur le Nightster, le 883 cède du terrain sur l'allonge disponible comme c'était le cas du modèle précédent. Sur autoroute, on suit le flux sans plus et sans réel plaisir non plus. Là où l'Iron se distingue par rapport au 883 précédent, c'est sur sa disponibilité qui le rend très agréable en ville et sympathique sur les petites routes de campagne où on se laisse porter calé sur le dernier rapport, au son cadencé des silencieux. Seul le voyant de réserve qui s'allume une fois passé les 130km viendra contrarier les moments de flâneries nez au vent.

La partie cycle de l'Iron est la même que sur le modèle précédent en dehors de la finition résolument «Dark». La fourche trop souple n'apprécie pas les routes en mauvais état ou les freinages un peu appuyés. Pour sa part l'arrière est très ferme et même si l'Europe bénéficie d'amortisseurs plus longs pour augmenter la garde au sol, les repose-pieds médians noirs auront tôt fait de venir tâter le bitume. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir non plus car ce n'est pas systématique et une conduite sur le couple permet de profiter de l'Iron sans y penser. Le freinage nécessite l'utilisation du levier et de la pédale et convient parfaitement à ce type d'utilisation tout en permettant de freiner assez fort avec l'usage de l'arrière et du couple moteur comme il se doit sur un custom.

Le confort reste inchangé par rapport au modèle précédent, la selle qui culmine à 643mm rend l'Iron accessible à tous en contrepartie d'une certaine fermeté sans toutefois l'être autant qu'un 883 Low. Ceci oblige à s'asseoir bien au fond pour gagner en confort, une position qui permet de pencher un peu le buste en avant et d'avoir de meilleurs appuis sur le guidon relativement étroit. Les commandes au guidon sont semblables au reste de la gamme tout comme les rétroviseurs qui n'offrent que peu de visibilité. Le tableau de bord fait la part belle au minimalisme, tout est dans le cadran du tachymètre, l'afficheur digital pour l'heure, l'odomètre et les deux partiels ainsi qu'une série de fins témoins lumineux. C'est sobre et largement suffisant pour un usage quotidien. La nouveauté dans ces témoins est la présence de celui qui concerne l'alarme intuitive qui s'active et se désactive dès qu'on s'approche ou s'éloigne de sa machine.

Essai Harley-Davidson Iron : le bilan

Au final, cet Iron conserve ce qui fait le succès de ce 883, un gabarit et une accessibilité qui permettent à chacun de profiter d'une Harley-Davidson facilement et au quotidien. Sur ce dernier point, le bloc moteur Evolution à injection ajoute une très grande facilité de conduite en ville où le maniement de la boîte de vitesse se trouve réduit grâce à une large plage d'utilisation du V-Twin. Alors même si le nom d'Iron fait référence aux premiers modèles Ironhead, la nouvelle Iron 883 fait un grand pas dans la modernité et gagne indéniablement en facilité de conduite. Une machine à mettre dans votre garage pour rouler facilement en ville et surtout différemment avec ce look unique et totalement «Dark».
On aime bien
Un moteur très disponible
Un dessin totalement Dark
Facilité de conduite accrue

On aime moins
Fourche bien trop souple
Jolie selle mais monoplace
Autonomie réduite

Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo

On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Fiche technique Harley-Davidson Iron

Tarif (avril 2009)8 280 €
Puissancenc
Couple7,14mkg à 3750 tr/min
Frein AVSimple disque double piston
Frein ARSimple disque simple piston
Hauteur de selle643mm
Poids (constructeur)251kg à sec
Réservoir/Conso12,5L / 6L aux 100km
Kilométrage au départ700km
Conditions météospluie/soleil (15°C)
Site officielwww.harley-davidson.fr

Photos Harley-Davidson Iron

Commentez avec Facebook